objectifs de développement durables

Investir dans les enfants, c’est investir dans l’avenir. Les enfants étant des acteurs susceptibles à créer des changements, l’investissement dans leurs droits contribue au développement durable, intégré et effectif. L’aide au développement qui n’est pas attentif à la situation spécifique des enfants, à leurs droits et à la façon dont ceux-ci sont affectés par des programmes de développement, ne se soucie pas de l’avenir des sociétés et des pays, et ne peut donc jamais être durable ni effectif.

 

politique et éthique

Plus d’un tiers de la population au Sud est constitué d’enfants. Par conséquent, l’aide au développement qui ne tient pas compte des enfants et de leurs droits, exclue 30% de la population.

Les enfants et les jeunes sont les principales victimes de la pauvreté dans le monde. Plus d’un demi-milliard d’enfants doivent survivre avec moins qu’un euro par jour. La pauvreté a des conséquences très graves pour les enfants. Les privations causent des dommages irréversibles au développement cognitif et physique des bébés et des jeunes enfants. Outre que le fait que les enfants sont le plus touchés par la pauvreté, ils sont le lien crucial dans la chaîne du transfert de la pauvreté et risquent donc de créer un cercle vicieux pour les futures générations.

juridique

La Convention sur les droits de l’enfant - convention contraignante

Une base importante pour une approche des droits de l’enfant dans le cadre de l’aide au développement, est constituée par la Convention sur les droits de l’enfant. Non seulement il n’est pas possible de réaliser les ODD sans prêter une attention particulière aux enfants ainsi qu’à leurs droits, mais sur base de la Convention sur les droits de l’enfant, les Etats sont aussi obligés de réaliser les droits des enfants.

Pratiquement tous les pays du monde ont ratifié la convention, à l’exception des Etats-Unis. Cette ratification quasi-universelle fait en sorte que la Convention sur les droits de l’enfant soit contraignante dans le monde entier, renforçant ainsi l’obligation commune à la solidarité. De plus, la Convention sur les droits de l’enfant appelle explicitement à la collaboration internationale.