Éducation

Reconnaissez le monde à l’école

KIYO sensibilise les enfants, les jeunes et les adultes sur les droits de l’enfant. Aux écoles (en particulier à l’EST et à l’ESP), elle fait « vivre » les droits de l’enfant en collaboration avec les élèves et les enseignants. Ainsi, KIYO tente de diminuer l’abîme entre les jeunes de la Belgique et les jeunes du Sud, toujours en se focalisant sur l’échange entre le Nord et le Sud. De cette façon, les élèves de l’EST et de l’ESP entrent en contact avec les jeunes de leur génération dans le Sud qui suivent une formation similaire. Les diverses formations peuvent concerner la menuiserie, la mécanique, l’électricité, la cuisine jusqu’à la couture. KIYO travaille aussi avec des mouvements de jeunesse.

Les adultes sont sensibilisés à travers des activités avec d’autres organisations de l’aide au développement. Ainsi, on a mis pleins feux dans différentes grandes villes en Flandre sur « Kadago » une exposition qui traite de la vie des ex-enfants soldats. En collaboration avec des a.s.b.l, des villes et des communes, KIYO organise en outre des journées thématiques ou des journées dédiées à un pays en matière de certains thèmes des droits de l’enfant dans les régions où KIYO élabore des projets.

Vous êtes enseignant ?

Vos élèves sont cuisinier, soignant ou futur ébéniste ? Vous trouverez certainement un atelier sur mesure de votre classe. Une sélection de ce que nous offrons :

  • À travers les échanges avec les jeunes de Congo et de Burundi (des ex-enfants soldats et des enfants des rues), les élèves sont défiés pour cuisiner avec des ingrédients locaux.
  • Quant à la formation « soins », les élèves apprennent à mieux connaître des filles qui ont vécu dans la rue aux Philippines et apprennent comment celles-ci s’occupent de l’hygiène corporelle et des soins.
  • Les élèvent entrent en contact avec la vie des (ex-)enfants soldats de l’Est de Congo. Ils apprennent quels droits y sont violés et comment les ex-enfants soldats sont réintégrés dans la société.

 

No Rights, No Glory!

Les années prochaines, Brésil est le pays d’accueil pour deux grands événements sportifs, à savoir la Coupe du monde de football (2014) et les Jeux olympiques peu après suivis par les Paralympiques (2016). Ce sont des fêtes mondiales les plus ambitieuses où différentes cultures se rencontrent. Des insécurités et des doutes font place à l’orgueil national. Les médailles se sont débattues, mais toute médaille a son revers, entre autre en ce qui concerne les jeunes vulnérables de Rio de Janeiro, où KIYO est également active. Dans le cadre du « nettoyage social » de préparation pour ces grands événements sportifs, les jeunes dans les rues et des favelas de Rio sont emprisonnés en masse et sont victimes de violence exorbitante.

Lors du projet triennal 'No Rights, No Glory', KIYO travaille, ensemble avec des organisations ICCES et Globelink, avec des jeunes vulnérables autant en Belgique que dans le Sud autour du thème 'sport et droits de l’enfant'. D’une part, les feux sont braqués sur l’impact de grands événements sportifs, comme le Coupe du monde de football et les Jeux olympiques, sur l’univers des jeunes. D’autre part, nous étudions la valeur du « droit au sport et aux loisirs» pour le développement des jeunes. Il est à savoir que du sport est un aspect qui regarde TOUS les jeunes dans le monde entier. À travers le projet, les jeunes prennent conscience du thème, donnent leur avis et passent à l’action dans leur propre environnement.

Bulletin