KIYO au Burundi et ailleurs dans la région des grands lacs

Sur les dix dernières années, KIYO s’est focalisé, sur les droits des enfants, particulièrement sur ceux des enfants en situation de rue (ESR) et plus largement les orphelins et autres enfants vulnérables (OEV).

Au Burundi depuis décembre 2011 (date de son agrément), KIYO a centré son programme sur 4 volets : la réintégration socio-économique des EOV via des services directes ; la sensibilisation (approche communautaire et participative) ; le plaidoyer et le renforcement des capacités.

Ainsi, une cinquantaine d’enfants par an, orphelins ou en situation de rue  bénéficie de formations en cuisine et service en salle avec le partenaire local AFEV( Action en Faveur des Enfants Vulnérables) ; tandis que d’autres, essentiellement des enfants en situation de rue ont pu bénéficier d’un suivi psycho-social et d’une réinsertion familiale et scolaire avec le partenaire Giriyuja et enfin un troisième groupe de 159 Enfants en Situation de Rue (ESR) de la Province Ngozi  et des mineurs en conflit avec la loi ont bénéficié des services d’aide légale par le biais de l’ONG local OIDEB (Observatoire Ineza Droit de l’ Enfant au Burundi).

KIYO au République Démocratique du Congo (RD.C)

Actuellement, informe Lucy Schalkwijk, la représentante légale de KIYO dans la région des Grands Lacs, KIYO travaille avec deux partenaires en RDC, à savoir le Centre Dorika (dont le programme est centré sur la sensibilisation sur les droits de l’enfant via une radio communautaire et des campagnes de sensibilisation menées par des clubs d’enfants, les concertations avec les parents et les éducateurs et un plaidoyer auprès des autorités) et le CEFADES qui est un centre de formation en métier (menuiserie, couture, maçonnerie, mécanique, coiffure, art culinaire, etc.) des Enfants en Situation de Rue (ESR) et des enfants associés aux forces et aux groupes armés (EAFGA).

Des programmes qui, selon la représentante Lucy Schalkwijk, seront poursuivis dans le nouveau programme, avec toujours un accent particulier sur le renforcement des capacités. Bien plus, indique cette dernière, un nouveau partenaire, AVREO (Association des Volontaires pour la Récupération des Enfants Orphelins Abandonnés Malnutris) a été sélectionné pour le prochain programme. AVREO, partenaire de longue date de l’Unicef, va venir en aide aux Enfants Associés aux forces et aux Groupes Armés (EAFGA) et autres catégories d’enfants vulnérables comme les Enfants Séparés (ES), Enfants Non Accompagnés (ENA), Enfants Exploités Economiquement (EEE), enfants Victimes des Violences Sexuelles (VVS). A cet effet, le programme s’appuiera sur deux volets à savoir : le volet d’identification et de la prise en charge temporaire des enfants vulnérables (identification, vérification et documentation des abus/violations des droits de l’enfant ainsi que la prise en charge temporaire de l’enfant : écoute, prise en charge psychosociale, médicale et accompagnement juridique…) et le second volet concernera la prévention et le renforcement des capacités (mise en place ou redynamisation des réseaux communautaires de protection de l’enfant, formation des membres des RECOPE et des comités villageois d’enfant, organisation des séances de sensibilisation sous forme d’ateliers aux leaders communautaires, etc.

Copyright

  • © Lucy schalkwijk
Bulletin