Bosco N. : « La formation a changé ma vie »

Bosco N.

Bosco N. est de ceux qui ont reçu la formation en cuisine et service en salle, dispensée par AFEV et VIC (KIYO actuellement). Aujourd’hui, il est gérant d’un hôtel-restaurant.

Jeune homme plutôt réservé, Bosco N., 21 ans, est aujourd’hui gérant d’un hôtel restaurant « Kamotel » à Kayanza. C’est avec un calme olympien qu’il nous raconte sa vie d’ « avant », une vie,  c’est le cas de le dire, misérable !

« Souvent on ne me croit pas quand je raconte cela…mais je suis descendu à Bujumbura à pied » entame son récit le jeune homme. À noter que Bujumbura (la capitale du Burundi) se trouve à 115Km de Ngozi, la province natale de Bosco. Mais quand on n’a plus rien à perdre… « Je suis orphelin et frère ainé d’une fratrie de 5 enfants. Je devais partir… » explique t- il.

Le désespoir et la hargne aidant, Bosco alors âgé de 11 ans, fait 2 jours de marche à pied, avale 115 Km sans un sous et arrive enfin à Bujumbura. Mais la capitale et ses lumières, ne sera pas de tout repos, loin de là ! Le petit Bosco, remplie les petits boulots : vendeurs de rue, domestique, etc. «  Je gagnais seulement 8000 Fbu par mois (4 euros/mois), quand je n’avais rien, c’était rue !» confie - t- il, le regard soudain embué.

En 2005, désillusionné et n’en pouvant plus de cette vie, loin des siens,  Bosco retourne chez lui, à Ngozi : «  Au moins j’allais retrouver mes frères et sœurs. »

AFEV  et un nouveau départ dans la vie

« Je faisais du taxi-vélo et c’est par hasard que j’ai entendu parler du projet restaurant de l’espoir d’AFEV et VIC… », raconte Bosco. En quête d’un métier, le jeune homme n’hésitera pas une seconde à s’inscrire dans ce projet. Novembre 2012, la formation commence. Avec Bosco, 26 autres enfants, tous dans le besoin (pour ne pas dire dans l’urgence !), vont être logés, nourris, soignés, et par-dessus tout formés. Pendant six mois, les formations s’enchainent, les enfants progressent. « Nous avons reçu des certificats à la fin et même des stages dans les autres restaurants à Kayanza, Ngozi, Muyinga... » explique Bosco.

Lui, après un stage à Bujumbura, AFEV lui trouve un boulot à Kayanza. À peine arrivé, nous dit le jeune garçon, il n’a pas tardé à gravir les échelons : « j’ai d’abord commencé comme serveur, puis je suis passé à cuisinier, et aujourd’hui, non seulement je suis leur meilleur cuisinier mais je suis gérant de l’établissement! »

Et maintenant qu’il a un métier et un salaire, Bosco a des rêves plein la tête : « Ouvrir mon propre restaurant serait l’idéal mais dans l’immédiat, je souhaiterais travailler dans un grand restaurant, à Bujumbura. »

 

                                     

Copyright

  • © Nadine Sahabo
Bulletin