Arsène M., de la rue à chef cuisinier !

Arsène M., de la rue à chef cuisinier !

Du haut de ses 17 ans, Arsène M., un ex enfant de la rue est chef cuisinier, du grand, de l’unique restaurant de Kamaramagambo (en province de Muyinga au Burundi)!

Tatouage au bras, le regard aiguisé, c’est un jeune homme, sûr de lui, à la manière de ceux qui en ont vu beaucoup que nous rencontrons dans cette matinée ensoleillée. Et il est un peu pressé car, nous informe le jeune garçon, il a une commande pour un repas de 60 personnes.  Nous sommes à Kamaramagambo, en province Muyinga.

Fier, il l’est Arsène. Son parcours a, en effet de quoi impressionné. Dans la rue depuis deux ans, la vie d’Arsène, alors âgé de 15 ans n’était pas du tout rose. Banditisme, petite délinquance, il n’y avait plus d’espoir quant à l’avenir de cet enfant. De sa province natale Kayanza, son père et lui avaient tout abandonné pour aller tenter leur chance à Ngozi. Mais une fois à Ngozi, tout s’est compliqué, nous dit Arsène. « J’ai dû abandonner mes études en 7ème secondaire, mon père n’a jamais eu du boulot comme il l’espérait… C’était vraiment l’enfer »

Chef cuisinier !

Dès qu’il a appris qu’AFEV voulait former les jeunes vulnérables, tout est allé trop vite. « Ils m’ont formé, logé, nourri…j’ai tellement appris avec cette formation en cuisine, moi qui n’avais jamais cuisiné » avoue dans un demi-sourire le jeune garçon. C’était, nous dit, un des formateurs, l’un des meilleurs apprentis. Et pour preuve, dès qu’il est arrivé à Kamaramagambo, il s’est tout de suite démarqué « Il y avait déjà un cuisinier, mais dès que j’ai cuisiné, c’était fini pour lui ! » se vante l’adolescent.

Aujourd’hui, nous dit-il, son rêve est de rejoindre un grand restaurant, à Bujumbura par exemple,  afin de prouver tout ce qu’il a appris, car dit-il « Ici, ils ne savent même pas ce que c’est qu’une crêpe…Ne leur servez surtout pas de sauce blanche ! ». Toutefois, en attendant, Arsène se lance dans un petit projet d’élevage : « J’ai déjà acheté deux chèvres à Kayanza »

Copyright

  • © Karen Nachtergaele
Bulletin